Ils ne verront pas les nuages.

Ne sois pas effrayé car je suis avec toi, ne sois pas angoissé car je suis avec toi, je t’affermis, je viens à ton secours, pour sûr je te soutiens de mon bras droit qui fait justice. Es. 41-10

Ce soir j’ai le cœur lourd.

Un fait d’actualité qui nous balance une nouvelle fois en plein visage l’atrocité de ce monde. Je ne sais pas comment je me sent. Chamboulée, attristée, sans doute, une chose est sûr, je n’ai pas peur. Pendant longtemps j’ai continué de vivre en pensant que tout cela ne m’atteindrais pas. J’ai refoulé mes émotions, je me suis interdit d’être émue par tout ça. Après Paris, j’ai nié, j’ai refusé de me rendre à l’évidence. J’ai continué de vivre et d’avancer en fermant les yeux. Pardon. Seulement, aujourd’hui il n’est pas possible de faire l’autruche. Les faits sont là, il faut vivre avec, les accepter. Ne pas en faire une normalité mais seulement accepter et réagir sans se cacher derrière toutes ces carapaces que l’on se construit. Il faut vivre avec ces émotions car nous avons été créés avec de belles émotions. La tristesse, la peur sont légitimes. Comment rester insensible face à ce chaos.


 

Ils partaient plein d’espoir voyager dans les nuages, visiter le monde, rencontrer l’amour. Ils partaient avec l’angoisse de sentir cette sensation au creux des entrailles au décollage. Ils partaient pensant observer le monde depuis le hublot. Ils partaient pensant avoir un moment de répit dans l’immensité du ciel, pensant profiter d’une pause loin du tumulte terrestre. Ils partaient travailler, dans cette même routine journalière, prendre le métro. Ils partaient, re-découvrir le monde et la société qui nous entoure.  Mais ils ne verront rien de cela car la folie humaine les a privé de leur souffle de vie. Elle les a traumatisé au plus profond de leurs âmes. Leur humanité a été brisée, la mienne est heurtée mais je ne tremble pas.
Si l’humanité est vulnérable alors à quoi s’accrocher ?

Certains l’appellent mythe, d’autres l’appellent puissance supérieure. Dieu. Je l’appelle « Amour ». Amour est ce à quoi je m’accroche. Qu’est ce qui peut être plus fort que ça? L’amour, c’est ce qui m’a construit, c’est ce que j’ai en moi, ce que je ressent. Personne ne peut le détruire, personne ne peut l’enlever. Amour c’est ce qui crée du lien, ce qui uni, ce qui rapproche, ce qui console, ce qui encourage. Comment rester debout ensemble sans amour ?

Je suis peinée avec toutes ces personnes meurtries, traumatisées, qui ont ces détonations qui raisonnent encore dans leurs têtes. Je suis remplie de compassion pour ceux qui ont dût apprendre la « mauvaise » nouvelle, pour ceux qui sont apeurés dans les hôpitaux. Je suis sans voix devant ce radicalisme poussant l’Homme à commettre l’irréparable.


Bruxelles, tu es symbolique. Tu es l’Europe. Ton histoire m’attriste car je suis une part de cette Europe. Tu es un bout de moi. Je ne t’approuve pas toujours mais tu fais partis de mon identité terrestre. On t’a touché, j’ai été atteinte.

Puisses tu relever la tête et avancer car je prie pour toi.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s